ALEXIS VAVIN.

(1792-1863)

**********

A la fin de ses études, Alexis Vavin devient notaire à Paris. Très tôt, il se lance dans la politique, suit avec consternation l'impopularité croissante de Charles X jusqu'à la Révolution de 1830 qui oblige ce dernier à abdiquer. Il s'inscrit au Parti Constitutionnel attaché à la Charte de Louis XVIII, la défend contre les attaques de l'opposition, car la nouvelle dynastie lui paraît concilier les notions d'ordre et de liberté.

Ayant, en 1837, retiré sa candidature à la députation en faveur de M. Berville, jurisconsulte et écrivain, il est élu en 1839, réélu en 1842 et 46 ; et se maintient après la Révolution de 1848 qui établit la Deuxième République.

Ses actes sont emprunts de sagesse politique, qu'il explique ainsi : "Le pouvoir dans les temps d'orage, doit être soutenu, car l'anarchie est une calamité dont le résultat peut être la ruine des nations. Le pouvoir, dans les temps de calme, doit être soumis à une sage critique... car le despotisme est incompatible avec la sécurité des citoyens, le développement de l'industrie, et la véritable gloire de la Patrie".

Sa probité est si évidente, que le nouveau gouvernement le charge de régler les comptes de l'ancienne liste civile ; tâche que, royaliste, il accepte avec beaucoup d'appréhension. Il l'accomplit néanmoins avec la plus grande minutie et le plus parfait désintéressement : Le Moniteur des clubs, l'un des organes de presse les plus avancés de l'époque, écrit: "Le citoyen Vavin ne perçoit point d'appointements, et cependant il travaille dix-huit heures par jour..." : C'est ainsi que, chargé par la Deuxième République de liquider la liste de la royauté, il rend le 31 décembre 1851, des comptes scrupuleux au Second Empire !

 

A l'Assemblée Législative, Alexis Vavin se fait remarquer par sa modération : Certes, le 15 mai 1848, c'est lui qui demande la mise à l'ordre du jour de la question de la Pologne ; mais la plupart du temps, son sens de l'ordre le fait voter à droite plutôt qu'avec l'opposition : le 12 janvier 1849, sa voix est favorable à la "Loi Rateau" qui réclame la dissolution de l'Assemblée Constituante avant le vote des lois organiques. Il se prononce pour l'expédition d'Italie qui soutient les Bourbons ; pour la loi du 31 mai 1850, limitative du suffrage universel ; enfin pour la révision de la constitution.

Il se rend le 2 décembre 1851, à la réunion dite du "Xeme arrondissement" au cours de laquelle il proteste contre le coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte ; puis se retire des affaires publiques. Il ne fait plus que deux tentatives infructueuses en 1857 et 63 pour être élu député.

Alexis Vavin meurt à Paris, le 5 mars 1863 : une rue, une avenue et une station de métro dans le VIeme arrondissement de Paris, portent témoignage du regret causé par sa mort aux Parisiens.

Il est enterré au Père Lachaise.

Jeanine Rivais.

un autre personnage célèbre