SYLC, peintre

Entretien avec Jeanine Rivais.

**********

Jeanine Rivais : Votre nom d'artiste est " SYLC " : je suppose que c'est la construction de votre prénom et de votre nom ?

Sylc : Oui, en effet.

 

JR. : Je vous découvre ici, et je découvre aussi avec plaisir, votre travail que je trouve très humain, proche des choses de la vie, plein d'enfance et de bonne humeur. Comment vous, le définissez-vous ?

S : Je préfère que les gens l'interprètent et le voient de leurs propres yeux. Après seulement, j'en parle. Quand un artiste parle trop de son travail, il casse le rêve des gens qui le regardent.

Ce qui revient dans mon travail, ce sont les visages coupés en deux, divisés par le nez. A partir de là, on peut voir un ou plusieurs personnages, parler du masque, de la double personnalité… ce qui donne plusieurs lectures au tableau.

 

JR. : Dans cette idée de double personnalité, le masque est généralement blanc et noir… évoquant le bien et le mal, etc. Or, chez vous, les deux moitiés sont identiques.

S : Parfois, oui. Mais d'autres fois, elles forment un couple dont les personnages sont complètement indépendants l'un de l'autre.

D'autres fois, je travaille davantage sur la coulure. Sinon, je fais un travail acrylique et pigments, d'où des couleurs plutôt gaies et lumineuses. J'aime beaucoup m'amuser avec les couleurs.

 

JR. : Vives et paradoxalement en même temps neutres, parce que vous ne posez pas de brillances dessus. Ce qui donne aux harmonies un côté un peu confidentiel.

S : Oui. C'est votre interprétation !

 

JR. : Comment estimez-vous appartenir à la mouvance Singulière ?

S : C'est la première fois que je m'associe à une exposition d'Art singulier. En fait, c'est venu des gens qui ont vu mon travail. Parce qu'au début, je ne me définissais pas du tout comme appartenant à une démarche particulière.

 

JR. : Et vous sentez-vous " chez vous ", ou avez-vous l'impression d'être une pièce rapportée ?

S : Non non ! Pas du tout ! Je crois que c'est ma place ! Après, comment définir Art singulier et Art brut, il y a tellement de choses différentes ! C'est une question qui me semble difficile !

Court entretien réalisé le 16 mai 2007 à Nottonville.

Un autre compte-rendu de festival

 un autre artiste