JERZY RUSCZYNSKI EN LUTTE CONTRE SON MONDE " INHUMAIN ".

 **********

Jerzy Ruszczynski n'a ni un esprit simple, ni un cœur léger ! En attestent ses dessins mettant à nu son mal-être existentiel, son intérêt angoissé pour l'humanité, et les aléas de son environnement. Environnement qui est un huis clos, au fil duquel le visiteur avance, perplexe, sans avoir jamais la certitude de détenir la bonne clé. D'autant que ne respectant aucune tradition artistique, mais ayant créé son style éminemment personnel, l'artiste ne lui livre jamais tout prêt ce qu'il exprime ; et que les titres eux-mêmes, dont l'importance semble évidente ne permettent à quiconque de comprendre jusqu'où il a souhaité aller ? Progressivement, pourtant, ce visiteur prend conscience de la " profondeur psychologique " des scènes de Jerzy Ruszczynski : Bien que plusieurs années d'études plastiques l'empêchent d'appartenir à l'Art brut, il produit un " Art immédiat ", rendu particulièrement net par l'utilisation des crayons de couleurs avec lesquels il exprime sans nuances, l'essentiel de ce qu'il " dit ". A savoir sa difficulté à trouver un équilibre dans le monde ; l'âpreté avec laquelle il cherche à tirer la quintessence des objets qui " entourent ", " situent " ses personnages ; la récurrence de leur présence et leur rôle de générateurs d'épouvante dans la gestation de l'œuvre : le fait qu'ici, n'existent aucun espace " vide ", aucune respiration pour ces êtres serrés les uns contre les autres et pourtant empêchés de communiquer… cauchemardesques ; voir comment des objets banals (pincettes, brosses, peignes…) interviennent dans les relations intra muros ; deviner pourquoi ce paisible Goûter en famille où deux femmes s'apprêtent en souriant à servir, devient soudain la proie d'un " père ? " " mari ? " " ogre ? "… dont la tête part des jambes, bée méchamment par-dessus ses dents énormes tandis que, le bras levé, il met le feu à la maison. Découvrir, en somme pourquoi " la tranquille machine "* s'est ainsi détraquée pour générer ces univers kafkaïens, tous différents, et néanmoins toujours les mêmes, la violence allant crescendo jusqu'au moment où Ruszczynski / dessinateur à court d'arguments pour continuer, Ruszczynski / écrivain prend la relève, et avec force flèches, écritures dispersées ou textes constitués, mène la scène à son paroxysme.

Parfois pourtant, la volonté de " libération " de Jerzy Ruszczynski est flagrante. Ainsi, dans " Les portes magiques ", par exemple, crée-t-il deux personnages souriants, lorgnant sans ambiguïté l'un vers l'autre. Chacun dans l'espace qui lui est dévolu, supportant une partie du globe terrestre. Seulement voilà, au-dessus de leurs têtes, vole un oiseau à quatre becs acérés. Et, entre leurs deux cellules d'une rigueur scientifique, en est érigée une troisième, dans laquelle a poussé un arbre, dans l'encadrement d'une porte intérieure. Mort maintenant sauf deux ultimes feuilles ; et dont les racines rampent comme une pieuvre. " Chez l'homme ", des outils vrillent la paroi. " Chez la femme ", arrivent une main et des lampes électriques. Ce ne sont pas les objets que lui envoyait l'homme : ils n'ont pas pu traverser l'épaisseur de la paroi ! Finalement, puisque ces deux personnages sont incapables d'ouvrir la plus petite brèche, cet espace est-il plus optimiste que les autres ? Ou bien, sommes-nous encore une fois dans un monde d'impossible communicabilité ? Il semble bien finalement que, quels que soient ses efforts pour " rencontrer ses êtres ", Jerzy Ruszczynski en soit incapable, et qu'une rédhibitoire analogie dans la violence lie tous ses tableaux et intrigue celui qui tente d'en déchiffrer les multiples sens, à travers les aléas de ces vies improbables. Et si l'auteur de cette (ces) tragédie(s), est lui-même indéterminé devant ce qu'il exprime, comment un étranger en pénétrerait-il infailliblement les arcanes ?

Ainsi, Jerzy Ruszczynski en est-il venu à générer un monde à lui mais lui échappant sans cesse ; se voulant humain, mais se terminant toujours dans une insupportable ambiance ; composé d'individus lévitant entre enfermement et danger ; organisé sur des incertitudes par un artiste qui, outre celui de la couleur déjà évoqué, possède un talent inné de la composition et de la mise en scène. Qui crée, de ce fait, une œuvre majeure aux vibrations chromatiques si fortes, aux charges de matière si drues, qu'il faut prendre du champ pour les percevoir toutes ; un théâtre de la vie où se happent et se repoussent l'humanité et l'enfer. Un univers dérangeant, mais si puissant et personnel que personne n'envisagerait d'en changer le moindre trait de crayon.

Jeanine Rivais

*Kafka .

 un autre artiste

 

VOIR AUSSI JERZY RUSZCZYNSKI DOSSIER : RUBRIQUE RENCONTRES DE HASARD.