PASCAL MERISIER dit PASKO et une FIGURATION CONTEMPORAINE HAÏTIENNE

************

Bien qu'il vive depuis plusieurs années en France, Pasko a gardé très profondément ancrées en lui, la culture et les mœurs d'Haïti, où il retourne d'ailleurs souvent. Mais, s'il s'inspire beaucoup des événements qui s'y déroulent ; s'il lui est impossible d'oublier l'atavisme religieux qui s'y impose encore lourdement ; s'il revendique l'héritage transmis par les artistes du Saint Soleil qui, pendant des décennies, illuminèrent l'horizon pictural de l'île ; il refuse, la trentaine venue, de se classer dans les mouvements artistiques traditionnels. Sa peinture est, de ce fait, un va-et-vient entre rites renouvelés, et contemporanéité. Cheminement dans lequel il est fortement impliqué.

Qu'a-t-il donc conservé dans son œuvre, qui parle de cette vie insulaire tout en gardant ses distances ? Le vaudou, bien sûr, qu'il reprend de façon récurrente. Evoquant parfois, même, les " mutations " des gens, lorsqu'ils s'en vont très loin dans le monde spirite ; comme au long de cette série consacrée au " bizanga ", l'oiseau rouge ; ou encore avec ses arbres dont les nodosités sont des seins aux tétins sans équivoque, et aux houppiers/créatures… Mais, après avoir laissé un moment son inconscient guider son pinceau, il se reprend chaque fois pour échapper au mythe. Dépasse la dimension contextuelle, la condition sociale, pour témoigner à sa façon de l'humanité de ses individus. Donnant à chacun sa spécificité, son individualité. De sorte que jamais l'un ne fait les mêmes gestes, n'adopte les mêmes attitudes que l'autre, aussi stylisé soit-il. Car, au fil des œuvres, il est évident que Pasko n'a aucune volonté d'être réaliste ; que ses personnages n'appartiennent à aucun type ethnique, ne sont jamais reconnaissables à leurs vêtements, (d'autant qu'ils sont presque toujours nus)… Ils sont des " êtres ", non des " noirs " comme il serait logique si l'artiste se voulait ethnologue. D'ailleurs, ils sont peints en blanc, jaune, brun, etc., au gré de ses humeurs.

D'Haïti, Pasko a aussi gardé des images, imprimées dans son esprit depuis l'enfance et ses pérégrinations sur les places de marchés : Ainsi, les têtes des hommes demeurant assez fidèles, ses femmes ont-elles souvent l'air d'en être dépourvues. Il n'en est rien, bien sûr, mais elles ont pris la forme des paniers des paysannes surchargées de régimes de bananes ; ou ceux des marchandes de fleurs d'où dépassent en tous sens les tiges de différentes longueurs... Femmes aux têtes/fleurs, têtes/corbeilles, têtes/plateaux… donc.

Et les danses. Celles où les corps libérés expriment tantôt une légèreté renforcée par les ailes dont ils sont dotés ; tantôt une lasciveté, un érotisme d'autant plus grands qu'ils sont fortement sexués. L'artiste adopte alors souvent le rouge, non pour évoquer le sang mais à cause de son côté provocant, gai : l'idée de la fête en somme. Il favorise les lignes qui silhouettent les personnages ; module ses couleurs, assurant pour ses corps et décors, une parfaite complémentarité ou des dissonances volontaires ; et parvient alors à sa palette tellement surprenante.

Ainsi, animé de la volonté de se séparer de ses dieux mais pas de ses coutumes ; de se situer " en marge " pour ne pas être un Naïf Primitif mais agir résolument dans la modernité, Pasko poursuit-il une sorte de combat esthétique et formel au long d'une œuvre fantasmatico-narrative. Rejoignant d'autres artistes de sa génération, désireux, eux aussi d'être à l'origine d'une nouvelle figuration haïtienne, caribéenne peut-être. Il sera intéressant de suivre ces créateurs naissants.

Jeanine Rivais.

 

 

un autre artiste