LAURENCE MALVAL, peintre

Entretien avec Jeanine Rivais.

**********

Jeanine Rivais : Nous nous sommes vues plusieurs fois à Banne : Pouvez-vous définir votre travail infiniment précieux, de couture et de collages ? Dire s'il a changé depuis un an, ou si vous continuez sur votre lancée ?

Laurence Malval : Je peux dire que mon travail n'a pas vraiment changé. Simplement, il a évolué. C'est surtout une affaire de technique. Je me suis beaucoup usée aux collages pendant longtemps, puis aux textiles pendant deux ans. Maintenant, je suis revenue au dessin que je faisais jusque-là de façon plus intime, et que j'ai décidé de montrer. Du dessin, avec des gouaches que je n'avais encore jamais exposées, pour laisser un peu tomber les collages de tissu ou de papier.

 

JR. : Qu'est-ce que le matériau " tissu " vous apporte, alors que vous pourriez choisir une infinité d'autres matières ?

LM. : Le tissu est pour moi exactement comme le papier, et je couds comme je dessine. Je fais des tableaux en tissu ou en papier. Je ne fais pas de la couture.

 

JR. : Quelles sont les qualités d'un tissu dont vous allez faire le choix ?

LM. : Je regarde d'abord le motif, ce peut être un tissu de pyjama, un rideau… Et puis la préciosité. J'aime bien les tissus anciens, les dentelles, napperons, etc. Tout ce qui rappelle nos grands-mères. J'aime le côté femme d'un tissu. J'honore un peu le travail des petites mains féminines.

 

JR. : Ma deuxième question est : comment estimez-vous vous rattacher à l'Art insolite ?

LM. : C'est une sorte de logique. Bien sûr, nous sommes dans l'Art contemporain, puisque nous le vivons. Mais " Art insolite " aussi, par notre travail personnel. Je me sens bien aussi avec les artistes dits contemporains, parce que cela me repose des Singuliers, en ce sens où nous n'avons pas la même distance à l'égard de notre création ; nous sommes très impliqués dans notre travail. Et puis, j'aime bien me mêler à toutes sortes d'artistes. Qui ont un autre rapport avec le leur. Je dirai que parmi les Singuliers, les rapports de travail sont plus égocentriques. Mais j'aime bien aussi exposer seule.

Court entretien réalisé le 17 juin 2007, à Nottonville.

Un autre compte-rendu de festival

 un autre artiste