JOSEF KAROM Sculpteur d'Art-Récup'

Entretien avec Jeanine Rivais.

**********

Jeanine Rivais : Pensez-vous être à Banne au titre de l'Art Singulier, où à celui d'Art contemporain ?

Josèf Karôm : Art singulier, bien sûr !

 

JR. : Et pourquoi ?

JK. : Je n'en sais trop rien, mais les gens me disent tous que j'en fais partie !

 

JR. : Une chose est sûre, par contre, c'est que vous êtes un authentique récupérateur ! Qu'est-ce que vous récupérez ?

JK. : Tout ce que je trouve : des vieux papiers, dans les poubelles, de la rouille maintenant que je suis à la campagne…!

 

JR. : Mais je vois aussi de vieux objets comme des masques de coiffeur, des têtes…

JK. : Oui, souvent des têtes en polystyrène, sur lesquelles je mets des objets rouillés.

 

JR. : Quand vous réalisez une œuvre, que faut-il pour qu'un objet que vous avez récupéré à un moment donné, puisse y être intégré ? Et qu'est-ce que cet objet va ajouter à l'objet de départ ?

JK. : Pour une de ces têtes dont nous venons de parler, j'ai ajouté des clous, des ciseaux, etc.

 

JR. : Dans ce cas, les avez-vous choisi parce qu'ils étaient dangereux ?

JK. : Non, simplement parce que je pouvais les enfoncer dans la tête ! J'ai ajouté des yeux faits avec des moules à gaufrettes…

 

JR. : Je vois qu'à l'un de vos personnages, vous avez fermé la bouche. Pourquoi le privez-vous de la parole ?

JK. : En fait, cette fermeture peut s'ouvrir…

 

JR. : Il faut donc qu'il soit bien sage, pour avoir le droit de parler ?

On peut donc dire que vous passez selon vos humeurs, de la démarche un peu sérieuse, à la démarche ludique ?

JK. : Je ne sais pas trop en fait !

 

JR. : Ce qui me surprend le plus, ce sont les collages que vous avez faits avec ce qui me semble être du papier. Ce sont de vieilles affiches que vous avez trouvées ? Vous ne prenez jamais d'affiches contemporaines ?

JK. : Oui, ce sont de vieux papiers. Je ne prends que des vieilles parce que c'est ce qui me plaît. Je les trouve belles.

 

JR. : Je vois sur l'une une belle dame avec une robe rouge et une coiffure bien frisée : Est-ce pour le côté rétro, que vous l'avez choisie ? Et lorsque vous mettez du verre brisé par-dessus une image, que voulez-vous dire ?

JK. : Non, je ne crois pas que ce soit pour le rétro ! Je ne sais pas.

J'ai trouvé le verre dans cet état, et je ne l'ai pas retouché. J'ai seulement ajouté le titre.

 

JR. : Parfois, vous placez plusieurs cadres l'un dans l'autre. Quelle est leur relation avec le soleil ?

JK. : C'est la lune de Méliès.

 

JR. : Donc, pour résumer, vous avez fait un hommage à l'inventeur du cinématographe, puis dans le médaillon vous avez placé un personnage….

JK. : C'est Jeanne Moreau.

 

JR. : Je ne l'avais vraiment pas reconnue !

JK. : Jeanne Moreau à l'âge de sept ans !

 

JR. : Alors j'ai une excuse ! Dans ce cas, ce n'est pas un objet retrouvé par hasard, c'est quelque chose que vous avez cherché ?

JK. : Non ! J'aime beaucoup Jeanne Moreau, et j'ai voulu lui faire un hommage. Mais c'est à peu près le seul tableau que j'ai composé de cette façon. Tout ce tableau parle de cinéma. Mon titre est " La mariée était en Jeanne ". J'ai donc fait un jeu de mots avec le film de Truffaut, où " La mariée était en noir ".

 

JR. : Vous aimez le cinéma ?

JK. : Non, pas du tout. Mais j'aime les images qui s'y rapportent, elles sont souvent très belles.

JR. : Dans certains groupements de vos œuvres, vous montrez beaucoup de nostalgie, de passéisme ; tandis que dans d'autre, vous mettez beaucoup de dérision. Vous parliez tout à l'heure, d'avoir un jour exposé dans un lieu consacré, des tableaux un peu provocateurs…,

JK. : Ce n'était pas voulu, en fait. C'étaient mes bondieuseries.

 

JR. : Qu'appelez-vous vos " bondieuseries " ?

JK. : Dans les poubelles, je trouve beaucoup de choses sur Lourdes, des Vierges en plastique, etc. Du coup, je me fais périodiquement une petite bondieuserie !

 

JR. : Vous jouez aussi parfois sur les corps, comme ces deux personnages dont l'un a un corps minuscule et une tête hypertrophiée, et l'autre a une tête fine, que l'on pourrait espérer intelligente. Or, les yeux manquent totalement d'éclat.

JK. : En fait, il n'y a rien de volontaire. Je fais cela spontanément, sans me rendre compte de ce que cela exprime. La composition se fait toute seule, à chaque fois.

Parfois même, je mets seulement des images trouvées, sans rien y changer. Simplement, je les superpose.

 

JR. : J'en reviens à vos bondieuseries, en voyant un tableau avec deux mariées dans une poêle à frire, Dieu dans un pot de chambre et derrière eux des victuailles !! Il faut admettre qu'à moins d'avoir un grand sens de l'humour, un curé ne doit pas beaucoup apprécier ce genre de création ! En fait, il n'y a rien de grossier dans votre travail. C'est même très fin. Mais avec toutes les tentations qui sont derrière les personnages supposés adorer leur Dieu et qui ne le regardent même pas, vous opérez un détournement de la religion. J'imagine que c'est ce qui gêne lorsque vous exposez dans des lieux consacrés !

Vous faites souvent également des allusions au cinéma…

JK. : Je n'essaie pas de dire quelque chose…

 

JR. : En fait, vous collez les éléments pour une question d'équilibre, mais vous n'essayez pas de raconter une histoire ?

JK. : C'est cela ! Ce sont des images que je trouve belles, et que je mets ensemble. Après, les gens y voient ce qu'ils veulent ! Je n'ai jamais d'histoire !

 

JR. : Je crois que je vais vous prendre au mot ! Je vois ce qui est apparemment deux jeunes mariés. A côté d'eux, une main qui tient des billets. De l'autre côté, une main enlève un sparadrap et découvre un minuscule fœtus qui était caché dessous… C'est une main d'homme parce qu'elle est couverte de poils. Et, tout à fait dans un coin, une très belle jeune fille romantique, genre 1930 : Il me semble impossible que vous ayez mis ces éléments côte à côte sans y voir une histoire ! En plus votre titre est spécial et tout à a fait évocateur : " On est fait pour sang (comme du sang) tendre " (comme quelqu'un qui est gentil, ou qui ne connaît encore rien à la vie). Que répondez-vous ?

JK. : Pendant quelques années, il me venait régulièrement des jeux de mots, sans que je les cherche. Pour moi, ce n'est pas un titre, c'est un jeu de mots. L'an dernier, j'ai participé à une exposition où je n'avais que des tableaux basés sur des jeux de mots. Mais j'ai arrêté. Ces jeux de mots m'étaient " donnés ", et je les notais pour ne pas les oublier. Ensuite, quand je me mettais à une œuvre, avec des images que j'aimais bien, je réalisais un tableau. Sauf que là, le jeu de mots faisait parler les gens…

 

JR. : Vous voulez dire que c'est le jeu de mots qui crée le lien entre les éléments. Que sinon, ils n'en auraient pas ?

JK. : Oui. Je trouvais que cela m'enfermait, je voyais ce travail comme des illustrations. Ce n'était pas l'image qui amenait le jeu de mots, mais l'inverse. C'est pour cela que je les mettais dans le tableau. Moi, je ne réfléchis pas !

 

JR. : Quand vous dites cela, c'est vraiment drôle, on dirait une profession de foi !

 

Entretien réalisé à Banne , salle de la Mairie, le 11 juillet 2007.

Un autre compte-rendu de festival

 un autre artiste