GWEZENNEG, EPAVEUR D'HAGUE

**********

Gwezenneg, dont le nom indique qu'il est breton et l'adresse qu'il habite en Normandie, a-t-il hérité de lointains ancêtres flibustiers ou Vikings, un amour immodéré pour les bateaux ? Toujours est-il qu'une sorte d'instinct ou d'obsession, l'entraîne sans fin sur les grèves, pour y récupérer épaves échouées, crânes ou squelettes d'oiseaux, symboles de mort, à partir desquels cet étrange magicien recrée une vie toute personnelle.

 

Sculpteur, Gwezenneg ? Peintre ? Peut-être faudrait-il créer à son usage, le mot " épaveur ", pour qualifier l'artiste capable " comme Picassiette et autres bâtisseurs de l'imaginaire de créer à partir de rejets, ce fascinant bestiaire: tels les lointains drakkars, snekkas, etc. ", afin que ses œuvres puissent attirer l'attention de ses dieux, d'effrayer ses ennemis.

Parlant des pierres de Bretagne sur lesquelles elle écrit ou peint, Raâk André-Pillois disait récemment: " C'est le galet qui "veut". Il m'est arrivé, sans succès, de chercher à le "contrarier" "... Aucun hasard non plus dans le cheminement de Gwezenneg : le nœud du bois, la branche burinée, déterminent à l'évidence le sens du travail et la destination de l'épave. A partir du moment (me semble-t-il) où il " sait" si sa création sera un éléphant, une barque ou un personnage, tel un orfèvre, il la cisèle: Ici, un petit crâne d'oiseau devient un nez; là, des os minuscules disposés avec infiniment de délicatesse, forment un œil, une bouche… Ailleurs encore, des poils, des ficelles, des ossements, des concrétions faites de coquillages pilés, de terre et de sable, sont agencés de façon à former un corps humain, des îles tourmentées au milieu de plages plus calmes, etc...

 

Nous pourrions en rester à ce stade de l'art brut. Mais alors, entre en jeu le sculpteur qui travaille, torture tous ces matériaux, les imbrique, les indente, les " intègre" si complètement à l'épave originelle, que les éléments disparates forment un tout en complète harmonie.

Puis, intervient le peintre. Un réseau infini, inextricable de lignes (à l'encre ? à la peinture ?) très fines, semblables aux dessins des moucharabieh, couvre le bois, de sorte qu'à la fin, chaque partie de ces œuvres est devenue possession de l'artiste. Car il s'agit bien d'une prise de possession, une sorte de voyage initiatique vers ces bois noyés et retrouvés, vers le centre de la mer qui les a modelés et rendus.

 

Rendons enfin hommage au poète, car les titres de ces œuvres sont de petits bijoux: " Barque frag' des secrétions de Goury V ", " Les gardiens du Cyclope de Lainps ", " L'écorneur secréteur ", " Barque frag' des Arac'hs ", etc. "Goury" est-il un havre pour bateaux, si petit qu'il n'est même pas dans le dictionnaire ? Et "Arac'hs" est-il l'abréviation d'Arachné, cette tisseuse merveilleuse qui fut métamorphosée en araignée ? Ces titres qui pourraient, comme chez tant d'artistes, n'être que des redondances de l'œuvre, sont ici complémentaires, parfaitement " à leur place ", eux aussi, près des " épaves ".

Jeanine Rivais,

Ce texte a été publié dans le N° 9 de la revue IDEART, et repris par l'artiste dans son catalogue de 1993

un autre artiste contemporain