KAREN GULDEN, sculpteur

Entretien avec Jeanine Rivais.

**********

Jeanine Rivais : Karen Gulden, nous nous sommes rencontrées longuement l'année dernière à Banne, autour de votre travail, mais je voudrais malgré tout que vous nous le redéfinissiez.

Karen Gulden : Là, je suis prise au dépourvu ! Ce que je peux dire, c'est que mes influences sont les Amérindiens. Toute petite, déjà, j'ai été en contact avec eux, puisque je suis née aux Etats-Unis. De tous temps, ils m'ont fascinée. Et maintenant, j'ai un contact approfondi avec eux, je vais chez eux, je vis avec eux. Je crois que cela se sent dans toutes les séries de mon travail, toutes les époques. La première époque était d'inspiration inca. Là, c'était évident. Mais je continue de côtoyer les esprits, pour mieux vivre avec l'énergie universelle. Les esprits qui sont partout : les esprits de la nature, les chamans qui sont les êtres humains liés avec les esprits. C'est à travers les chamans que les esprits arrivent. Et les dernières œuvres sont " Lady Woolf " (Dame Loup), une fois en bois, une fois en terre. Tous les animaux sauvages peuvent être des esprits chamaniques, des esprits de protection. Pour moi, ce sont des gardiens.

 

JR. : Ma deuxième question sera : Comment vous sentez-vous reliée à l'Art hors-les-normes, puisque telle est la définition de la Biennale de Lyon ?

KG. : Je ne sais pas trop ce qu'est l'Art singulier. Je sais que ma sculpture n'est pas à mettre dans une catégorie ; qu'elle est hors-normes. Les œuvres des autres aussi. Peut-être est-ce le lien ? Mais je ne peux pas dire que je suis une artiste Singulière au sens propre du terme.

Par contre, je me sens bien avec les artistes Singuliers où on m'invite souvent.

Un autre compte-rendu de festival

 un autre artiste

 

 

VOIR AUSSI TEXTE DE JEANINE RIVAIS A LA RUBRIQUE " ART CONTEMPORAIN ". Et

ENTRETIEN AVEC JEANINE RIVAIS A LA RUBRIQUE " ENTRETIENS "