PAULE GARRIGUE ET LE CIRQUE.

**********

Aller un jour au cirque ! En percevoir immédiatement, si fort l'intimité et la suggestivité gestuelle, que ce spectacle devienne aussi indispensable qu'une drogue ! Cerner, saisir, depuis près de vingt ans, le côté fabuleux de vies entières consacrées à donner du plaisir à autrui : transcoder la finesse, l'intelligence, la convivialité d'artistes dont chaque mot doit déclencher le rire, chaque geste faire palpiter les cœurs, chaque salut générer le rêve !

Tel est le cas de Paule Garrigue, dont l'œuvre picturale s'attache non pas à " décrire " un contexte, cadrer un environnement aussi pittoresque soit-il ; mais à traduire la fluidité d'un déplacement, le petit geste de l'instant, la stature liée à la définition d'un rôle. Cette artiste passionnée s'est faite la mémoire du cirque, des cirques, des grandes familles du cirque dont elle connaît les généalogies, les liens familiaux, les caractères personnels et ludiques, les ambitions, les défauts ou les qualités extrêmes…

Rien, en effet, n'échappe à sa soif de témoigner. Son regard peut s'attarder sur la vulgarité d'une godasse éculée, sur la délicatesse et la force d'une main nerveuse lovée autour d'une attache ; sur la dérision d'un faciès gouailleur ou le tragique, d'un front bandé par l'effort : car Paule Garrigue ne peint ou ne dessine qu'in situ, imprégnée des bruits et des odeurs, tout au bord de la piste… Et, dès que son esprit " tient " le caractère spécifique de tel personnage, la quintessence de telle attitude… vite, la main les projette sur la toile ou le papier, traduisant le bouleversement qu'elle a ressenti. Crayonnage rapide, sur un geste d'une seconde ; peinture instantanée sur une posture provocante… les yeux parfois embués de larmes lorsque la musique ou le silence portent le frisson vers de tels paroxysmes que le parterre entier est tout là-haut suspendu avec le trapéziste… ou dans la cage avec le dompteur, si près, tout près de la mort…

Une œuvre souvent linéaire, expressionniste parfois ; attestant d'une curiosité devenue étonnement, d'une amitié devenue éloquence ! L'œuvre d'une dame qui a su entrer dans l'univers de gens eux-mêmes créatifs, " différents " et pourtant proches ; d'une culture extrême ou possiblement analphabètes, mais toujours royaux ; le travail d'une artiste démontrant sur sa toile comme eux sur la piste, que lorsque résonnent les trois coups, la passion entre en scène ; et que, jusqu'au dernier rappel, le cœur et le talent sont là !

Jeanine Rivais.

"Paule Garrigue et sa fille Joséphine, en compagnie d'Alfred Pauwels, dit "Pépète". Quelques jours plus tôt, Marquis disait : "Mon père a un coeur de dix-huit ans. Si je lui dis : 'Papa, on part demain pour les Etats-Unis, faire une ville-un jour', je suis sûr qu'il va me répondre 'd'accord, on part'... Mais Pépète a entrepris un tout autre voyage, le 10 mai 1989".

Les illustrations sont extraites de " PAULE GARRIGUE CIRQUES ", publié aux Editions Atlantica-Séguier, 18 allée Marie Politzer, 64200 Biarritz. Tél : 05.59.52.84.00. Ou : Paris, 3 rue Séguier. Tél : 01.55.42.61.40.

 un autre artiste