VIRGINIE DESCURE, peintre

Entretien avec Jeanine Rivais.

**********

Jeanine Rivais : Virginie Descure, comment définissez-vous votre peinture ?

Virginie Descure : Je dirai que je fais une peinture expressionniste. C'est ainsi que je la ressens. Et de plus en plus.

 

JR. : Il me semble que vos œuvres ont complètement changé, depuis le Printemps des Singuliers où nous nous sommes rencontrées pour la première fois ? Que s'est-il passé, qui ait produit cette mutation ? Pour en venir à ce travail un peu fou, non situé dans l'espace, vagabond !

VD. : En effet, mes oeuvres ont changé. Le travail de créativité est un travail de recherche avant tout, c'est le résultat de ces recherches. Je pense que le discours est le même, simplement, il prend des formes d'expressions différentes.

Le travail du début paraissait structuré, parce que j'ai commencé avec des assemblages. Quand on part, par contre, dans une matière comme celle que j'utilise actuellement, on se sent beaucoup plus libre. Et le fait de ne pas avoir d'idées préconçues fait que les images me viennent comme des rêves, comme des songes. Mon travail est donc devenu une peinture d'émotions et de sensations.

 

JR. Seconde question donc, comme à vos collègues exposants : Etes-vous à Nottonville en tant qu'artiste insolite ? Ou en tant qu'artiste contemporaine ?

VD. : Je suis là en tant qu'artiste créatrice d'œuvres insolites. J'aime bien la famille des Singuliers, des Insolites… quelle que soit la dénomination ; parce qu'elle permet une très grande liberté d'expression.

Court entretien réalisé le 16 juin 2007, à Nottonville.

Un autre compte-rendu de festival

 un autre artiste