PREFACE DU CATALOGUE 2009.

****

QU'ONT-ILS DONC D'INSOLITE ?

 

ALAIN KIEFFER, Président de Céramiques insolites, accueillant les visiteurs ; et le MAIRE de Saint-Galmier

Qu'ont-ils donc d' "insolite", ces artistes que ce mois de mai va conduire vers le prieuré de Champdieu ? Ou plutôt, qu'est-ce qui rend leurs œuvres "insolites"? Comment les rattacher à la définition du dictionnaire disant : "insolite : qui surprend par son caractère inattendu, inhabituel", et donne comme exemple le Palais idéal du Facteur Cheval? Et peut-on imaginer meilleure référence que ce bâtisseur de génie qui, en toute innocence, s'exprimait ainsi: "J'avais bâti, dans un rêve, un palais, un château ou des grottes..."

 

Car c'est bien le mot "rêve" qui rattache tous ces créateurs à leur œuvre en général, au festival de Champdieu en particulier. Et qui dit "rêve", dit original, hors-norme, "insolite" donc. C'est pourquoi ce mot s'applique également à la manifestation elle-même qui ne propose que des œuvres de terre, humanoïdes, végétales ou animalières, "sculptures figuratives décalées ; invitation à la curiosité, à la surprise, au voyage sensoriel, poétique et ludique".

 

Les autorités municipales de Saint-Galmier autour d'Alain Kieffer ; et le MAIRE DE CHAMPDIEU où eut lieu le festival en 2008.

ALAIN kIEFFER au milieu des exposants et de quelques visiteurs.

 

Etre "insolites", aujourd'hui, est d'ailleurs d'autant plus tentant pour ces sculpteurs, que nul ne leur demande d'être réalistes. Sauf si, obsédés par le corps, ils en éprouvent intellectuellement ou psychiquement l'incontournable besoin. Mais pour la plupart, ils se lancent dans les fantaisies les plus époustouflantes, avec leurs humanoïdes drôles ou sérieux, sages ou facétieux, épais ou fildefériques, plats ou en relief, lisses ou raboteux et irréguliers, truculents, provocateurs ou au contraire sages et compassés, tendres ou terribles …

 

Tous ces artistes, en somme, sont à la recherche du corps dans la perfection de ses courbes et tentent de donner un visage à la terre. Tous sont en quête du beau le plus primal, livrant leurs œuvres au feu dont ils acceptent les actions aléatoires... Finalement, tous conquièrent le visiteur par la force et la sincérité de leur propos, la richesse de leur technique, la parfaite communion entre leurs mains, leur esprit et la terre, leur envie manifeste de modeler cette glaise à l'image de leurs fantasmes. Et, lorsque quittant la solitude de leur atelier pour se retrouver côte à côte et soumettre aux regards étrangers leurs approches comparatives, complémentaires ou antithétiques, ils forment sans conteste, une expression unique et protéiforme, déroutante... insolite!

Jeanine Rivais

Vue générale de la grande salle d'exposition.