JACQUES BONSERGENT.

(1912-1940)

**********

Lorsque les légions romaines eurent enfin encerclé les esclaves révoltés, Crassus déclara : "Dites-moi qui est Spartacus; et vous aurez la vie sauve" : 6000 esclaves répondirent: "Je suis Spartacus"... et furent crucifiés le long de la Via Appia.

Le sort de Jacques Bonsergent est comparable à celui de tous ces êtres qui n'avaient vocation d'être ni des héros, ni des martyrs !

 

Né en 1912, il est Ingénieur des Arts et Métiers. Il vit, au début de la guerre, boulevard Magenta, à Paris.

Le 10 novembre 1940, il se promène avec un ami non loin de son domicile, lorsque éclate une échauffourée. Dans la bousculade qui s'ensuit, son camarade lève la main sur un sergent allemand; mais c'est Jacques Bonsergent qui est arrêté. Interrogé, il refuse de trahir son compagnon ; et, jusque devant le tribunal allemand, endosse la responsabilité d'un acte qu'en fait, il n'a pas commis.

Condamné à mort le 5 décembre 1940, il apprend le 22 qu'il ne sera pas gracié.

Il est exécuté au Fort de Vincennes le 23 décembre 1940 à l'aube: Il est le premier fusillé civil de Paris, peut-être même de France, de cette guerre qui, hélas, comptera tant de victimes !

 

Il est enterré au Père Lachaise. Plus tard, sa famille fait transférer son corps au cimetière de Redon, en Bretagne.

Une place et une station de métro du XIIIe arrondissement de Paris commémorent son geste généreux.

Jeanine Rivais.

un autre personnage célèbre