FULGENCE BIENVENÜE.

(1852-1936)

**********

Fulgence Bienvenüe naît le 27 janvier 1852 à Uzel, en Bretagne. En 1870, il entre à l'Ecole Polytechnique ; est nommé en 1875 Ingénieur des Ponts-et-Chaussées. Affecté au Service Ordinaire du département de l'Orne, il y dirige avec succès la construction puis l'exploitation de lignes de Chemin de Fer de l'Etat.

Après un grave accident de service, à la suite duquel il perd le bras droit, il est nommé à Paris en 1884, dans les Services de Contrôle des Chemins de Fer.

En 1886, il entre au service municipal de la Ville de Paris.

En 1891, nommé Ingénieur en Chef, il dirige le Service d'Adduction des Nouvelles Eaux de Sources. Il construit notamment les aqueducs des dérivations dites de l'Avre et du Loing. Il construit à Gennevilliers un port de Paris. Il établit en amont de la capitale, sur la Marne et sur l'Yonne, des réservoirs de régulation du débit de ces cours d'eau.

En 1896, il est chargé d'établir l'avant-projet d'un "réseau urbain de chemin de fer à traction électrique destiné au transport des voyageurs " : le métropolitain. Pour ce faire, il s'inspire d'études antérieures comme celles de Berlier, et les rend opérationnelles.

La loi du 30 mars 1898 déclare cet avant-projet " d'utilité publique ". Les travaux du " métro " peuvent commencer : à ciel ouvert, avec une tranchée ensuite recouverte pour continuer le percement à l'abri (méthode du " cut and cover ") ; ou souterrain à partir d'une galerie initiale élargie par la suite (méthode belge) ; ou encore à l'aide d'un bouclier, notamment pour les traversées sous-fluviales, (certaines progressions se faisant par fonçage de caissons dans le lit du fleuve).

Le 19 juillet 1900, une première ligne de 14 kilomètres construite en dix-neuf mois, est inaugurée par Fulgence Bienvenüe : c'est la ligne "Vincennes-Maillot" chargée de desservir l'Exposition Universelle. Travaux et infrastructures se sont élaborés sous sa houlette. Toutes ces interventions sur le paysage de Paris l'ont rendu si populaire qu'en hommage, les Parisiens l'ont surnommé "Le Père du métro" !

Les travaux sont interrompus par la Guerre de 14-18 ; mais reprennent dès la fin des hostilités, avec un rythme accru à partir de 1925 ; et lorsque, en 1932, Bienvenüe part à la retraite, 140 kilomètres de lignes sont en fonctionnement.

Il meurt à Paris le 3 août 1936. Il est enterré au Père Lachaise.

Jeanine Rivais.

 

un autre personnage célèbre