FESTIVAL DE BANNE 2008.

*********************

Comme chaque année, Banne a existé grâce à l'charnement de ses fondateurs : Marthe Pellegrino et Jean-Claude Crégut. A son animatrice, la même MARTHE PELLEGRINO et aux exposants présentant dans des lieux devenus mythiques, leurs créations multiformes et tellement colorées !

Les "ANCIENS" n'auront droit qu'à un rappel, avec des liens vers le ou les entretiens et textes des années précédentes.

Les "nouveaux" auront chacun leur page qui apparaîtra à mesure du "repiquage" des entretiens réalisés entre le 30 avril et le 4 mai 2008.

Un grand merci à mes deux complices : JEAN-NOËL LABIT et PIERRE LE HINGRAT pour la gentillesse avec laquelle ils ont mis toutes leurs photographies au service de ce compte-rendu !

***********************************************

LA PAGE DE LA PRESIDENTE :

 

 

 

( La Présidente, Marthe PELLEGRINO ouvre son discours en excusant Michel TESTON fidèle depuis l'origine au Festival de Banne ; et ACONCHA, inscrite parm les exposants et hospitalisée au dernier moment).

"Il est des lieux que l'on n'aurait pas imaginés pour représenter des rendez-vous artistiques importants et pourtant, Banne a maintenant une forte identité plastique et c'est un écrin rêvé pour accueillir ce festival .

Le contact entre les œuvres et les vieilles pierres est exceptionnel, l'ambiance qui règne entre les création singulières et la beauté architecturale du lieu est magique. Banne est un village de caractère et il est devenu résolument singulier……

Bann'Art est un événement culturel participatif et une de ses spécialités est la diversité.

Dans ces miroirs que sont les œuvres présentées, l'âme d'un peuple singulier est saisie avec ses joies, ses tristesses, ses passions: une âme mise a nue, sans différences de classes, de races, de sexes, d'ages ou de religions.

Créer les instants de rencontres où art singulier, art contemporain, art populaire et art brut se mélangent sans se heurter, décloisonner, mettre en dialogue sont des objectifs importants de Bann'Art.

Ce festival donne à vivre et à partager une représentation du monde avec nos fantasmes, nos peurs, nos émotions, nos désirs et nos rêves.

L'art n'est-il pas un moyen de consoler, de fortifier toute faiblesse, de préserver sa propre enfance, car le vrai voyage ne se fait-il pas dans le rêve…

La multiplicité des regards est complétée par une vision ouverte sur le monde. Ce festival est un espace de liberté qui permet aux artistes et au public de se rencontrer autrement. Tout semble permis et les artistes ne s'en privent pas, tout en acceptant le jeu de la confrontation avec l'autre. Ainsi revient-on de ce festival enrichi ou du moins surpris, bouleversé dans ses certitudes, conscient d'avoir vécu un événement important de la vie culturelle et pas seulement locale.

Je remercie tous les artistes et tous les amis du festival qui nous soutiennent matériellement et moralement. En tant qu'organisatrice de Bann'Art et au nom de tous les artistes, un remerciement particulier à Jean-Claude CREGUT qui a toujours cru à nos actions et nous a soutenu fidèlement depuis la création du festival. C'est une page de Bann'Art qui se tourne, souhaitons que Jean-Marie LAGANIER et son équipe feront de même et, pourquoi pas, encore plus…

Je vous invite dans ce parcours singulier et créatif à déguster, observer, sentir, écouter, toucher et surtout à continuer cette dégustation sensitive en achetant le magnifique catalogue de B'ann'Art 2008 que vous pourrez relire au gré de vos envies et de vos états d'âmes.

En ce jour d'inauguration du 11ème festival, je pense aussi aux amis de Bann'Art qui nous ont quitté : Nicole, Gérard, Ramon, Candide, Thierry, Gilou et cette année encore Marcel, ils sont tous dans nos cœurs et leurs œuvres les perpétuent, rare privilège des artistes. Et c'est à un grand monsieur, Aimé CESAIRE, qui les a rejoint il y a peu de temps que je dédie ce 11ème festival, il aurait, j'en suis sure, beaucoup aimé ce festival.

Longue vie à Bann'Art.

 

*******************************************************************

LE MOT DU MAIRE :

Le catalogue 2008 sortira après les élections c'est donc mon dernier " mot du maire " que j'écris avec une certaine émotion car à travers ce catalogue, reflet des 11ème et 12ème festival, c'est tout un cheminement et développement culturel que j'ai accompagné depuis les premières expositions, dans la salle du Roure, en 1990.

A l'époque je découvrais le potentiel du site et il était évident qu'il se prêtait parfaitement à des expositions d' arts plastiques. J'en parlais à Marthe et lui proposais d'occuper les lieux endormis. Son action dépassa mes espérances. Grâce à son énergie, son dynamisme et sa volonté un grand nombre d'expositions se sont inscrites d'abord dans la salle du Roure puis aux écuries et dans la maison de la cheminée, voire la salle des fêtes et même l'église, occupant tout l'espace couvert disponible.

Un peu mégalomane elle a même réalisée un festival d'artisanat d'art qui connut plusieurs années durant une belle renommée, des concerts en tout genre, des représentations théâtrales, conférences, diaporamas…. Difficile d'être sur tous les fronts, aussi maintenant, elle ne s'occupe plus que de la réalisation du Festival d'Art Singulier et Art d'aujourd'hui qui est vite devenu biannuel et la maison un véritable capharnaüm. C'est un évènement reconnu d'importance nationale dans le monde des arts plastiques, le premier par la renommée

Cette année le centre d'art actuel ouvre ses portes, offrant un espace accueillant et bien équipé, permettant des expos à thème sur une plus longue période avec une orientation pédagogique pour les élèves de l'école primaire et du collège.

Fondamentalement ce festival nous renvoie à ce besoin immense d'ouverture, d'échange et de partage qui est une des fonctions essentielles du label " village de caractère " ainsi que la fonction de l'artiste comme créateur de signes, d'idées, d'utopie, d'imaginaire.

Dans la société du clinquant, de l'apparence, de la déshumanisation accélérée, le catalogue nous montre qu'il nous reste l'imaginaire pour résister et que le Festival d'Art Singulier est un refuge pour organiser cette résistance en nous recentrant sur l'humain : émotion, sentiment, intuition, imagination, intelligence, liberté .

Pour Banne c'est une chance et un formidable levier de développement, qui mérite l'attention et le soutien de tous.

Jean-Claude CREGUT

***************************************************************************

LE CATALOGUE.

PREFACE :

BANNE : AU RENDEZ-VOUS DES INCLASSABLES.

**********

Classer les inclassables, n'est-ce pas ce qu'ont essayé de faire ceux qui, un jour, sont allés chercher les œuvres de pauvres êtres créant jusque-là " en toute ignorance derrière les murs de leurs asiles "* ? Pour s'apercevoir qu'ils venaient d'ouvrir la boîte de Pandore ! En effet, plus le temps passait, plus éclataient nombreuses, les variantes de ces créations " populaires ", " naïves, " brutes ", etc. ; plus surgissaient les passions, les humeurs, les désarrois et les bonheurs… de créateurs autodidactes venus de tous les horizons. Dès lors, aussi imaginatifs qu'aient pu être les passionnés de cet art (ces arts), s'obstiner à les classer, devenait parfaitement utopique ! D'autant que, bien vite, se sont greffés sur ces productions, des gens bardés de diplômes des Beaux-Arts, lassés des phénomènes de mode, désireux d'en désapprendre les consignes et les orthodoxies ! De nouveau, la houle a enflé ; les labels se sont multipliés ; les œuvres ont été muséifiées, exposées ; des festivals s'en sont emparés…

Et un jour, Banne a émergé de ses collines, où Marthe Pellegrino, ayant compris que la force créatrice et la richesse d'un groupe tenait à son métissage, est devenue partie prenante de cette gageure. Laquelle consistait à regrouper des paradoxes, exalter des antithèses, pointer des ressemblances, encourager des différences : générer une dimension collective. " Bann'Art, Festival d'Art singulier " était né. Qui explora un monde fascinant et encore méconnu dans la région, d'une créativité hors de toutes les normes et les schémas fixés par la société contemporaine.

Mais à se refuser à tout classement, à se faufiler entre les définitions avec les parcours atypiques de ses protagonistes, Banne a attiré une nouvelle frange de créateurs.

Des gens dont, également, la force de l'oeuvre réside dans son inventivité tout à fait personnelle dans les sujets représentés, son affranchissement à l'égard des normes culturelles, sa désinvolture, voire son irrespect ! Des peintres et des sculpteurs qui, bien que ne se situant pas dans les arcanes de l'officialité ne se veulent pas non plus tout à fait marginaux. Nouveau melting-pot. Banne est alors devenu " Festival d'Art singulier-Art d'aujourd'hui ".

Et c'est, désormais, plus que jamais, un joyeux méli-mélo de représentations de mondes intérieurs, psychiques ou quotidiens ; d'univers traversés de couleurs chatoyantes et chaudes, ponctués d'humour ou de mal-être. Jouant parfois avec les mots comme pour illustrer la peinture tout en la prolongeant…

Envahissant deux fois par an les ruelles du village. Attirant, sous la bannière de sa Présidente et du Maire Jean-Claude Crégut, une foule de plus en plus nombreuse et intéressée. Faisant de Banne, ainsi devenu un formidable levier à faire émerger des ressources picturales inattendues, un lieu à la fois de différence, de persistance, d'innovation et de mémoire.

Jeanine Rivais.

**Max Ernst, Paul Klee, Kubin, découvrant l'Art asilaire, à travers le livre de Prinzhorn " Expression de la folie ".

 

 ********************************************